LES FAITS

Ensevelie par l’éruption du Vésuve en 79 apr. JC et redécouverte au XVIIe siècle, la cité antique de Pompéi est un témoignage unique de l’architecture urbaine ainsi que de l’art domestique de l’époque romaine. Les peintures et mosaïques antiques que recèle le site de l’antique cité de Pompéi ont récemment subi de nombreuses dégradations. Tandis que divers accidents étaient déjà survenus entre 2010 et 2012, plusieurs murs antiques se sont effondrés au mois de mars 2014. L’état du site archéologique, qui fait également l’objet de vols, est aujourd’hui jugé très préoccupant en dépit de la mise en place d’un plan de sauvetage en octobre 2011.

LA METHODOLOGIE

A l’été 2014, en partenariat avec Microsoft Research et l’INRIA, Iconem a réalisé la première modélisation intégrale du célèbre site. Chaque matin, peu avant l’ouverture au public, la start-up a fait voler ses drones au-dessus de la cité antique. Les dimensions et la complexité du site, qui s’étend sur quarante-quatre hectares, empêchaient jusqu’à présent la réalisation d’une cartographie exhaustive, contenue dans un seul document. Le modèle 3D réalisé par Iconem, à l’aide de 20 000 photos et de puissants calculs photogrammétriques, constitue donc une première mondiale. Il présente le site dans son intégralité et permet aux scientifiques de naviguer entre une vision « macro » et des détails « micro ». Autre prouesse, cette modélisation intègre de nombreuses images d’archive – photos anciennes, croquis d’archéologues – que l’on peut voir directement superposées à l’image en 3D. Ce système permet de retracer l’évolution du site depuis le début des fouilles, à la fin du XVIIIème siècle ainsi que d’analyser les dégradations.