LES FAITS

Situé sur une falaise rocheuse aux abords de Kaboul, Tépé Naranj est un site Bouddhique dont les ruines datent du début de notre ère, entre le Ve et le VIe siècle. Il s’agit d’un monastère, mentionné dans une nouvelle chinoise datant des années 1590, qui fut détruit au IXe siècle par les armées musulmanes. Il est alors oublié jusqu’aux fouilles qui suivirent la fin de la guerre d’Afghanistan, en 1989, menées conjointement par l’institut national de recherche japonais et l’institut de recherche archéologique afghan. 

Le site est menacé par l’explosion urbaine de la ville de Kaboul, dont les collines sont occupées par des habitations informelles. De plus, la topographie escarpée de ce site n’avait pas permis aux archéologues de réaliser jusqu’ici un plan général du site.

LA METHODOLOGIE

Un survol rapide de la zone archéologique nous a permis de produire une orthophotographie (document photographique obtenu par redressement, mise à l’échelle et assemblage des surfaces élémentaires d’une photographie aérienne) détaillée de l’ensemble du site et de ses abords immédiats, permettant un recalage dans l’espace de toutes les structures archéologiques et des habitations modernes construites en périmètre.